9 conseils pour réussir très petite entreprise

Très petite entreprise – 9 clés de réussite


Démarrer une petite ou très petite entreprise
 et développer votre projet avec succès n’est pas une tâche facile. La création d’une entreprise n’est pas une garantie de réussite.

En fait, un grand nombre de petites entreprises ne survivent pas à leur cinquième anniversaire.

Mais ne perdez pas espoir ! Il existe des techniques pour améliorer les chances de réussite de votre activité. Nous vous proposons 9 moyens d’assurer la réussite de votre TPE avec des conseils pratiques pour leur mise en œuvre dans votre quotidien.

Comment réussir une très petite entreprise

Infographie – Réussir une très petite entreprise en 9 étapes

1. Débuter doucement sa petite entreprise

La cause la plus importante des échecs des très petites entreprises est liée aux grandes dépenses en frais généraux dès le début du projet.

Dans une étude intitulée « Portrait de l’homme d’affaires en prédateur », les universitaires français, Michel Villette et Catherine Vuillermot, soutiennent que les entrepreneurs prospères sont tout sauf les grands preneurs de risques que la mythologie populaire veut souvent nous faire croire.

Ces entrepreneurs sont plus des prédateurs, se positionnant lentement et avec précaution, minimisant les risques et agissant dans les moments les plus opportuns.

2. Connaître son marché

9 astuces pour réussir son entreprise

Réussir une très petite entreprise – Connaître son marché

Avant de vous lancer corps et âme dans votre activité et afin de mener à bien votre projet, il est important de connaître son marché cible et de faire un business plan.

C’est-à-dire qu’il faut bien étudier l’environnement de son projet et planifier son évolution. Soyez minutieux, pour bien anticiper les forces et les faiblesses, et les opportunités de marché de votre futur projet afin de pouvoir rectifier votre offre, si besoin.

L’étude de marché permet de collecter et d’analyser les différentes informations qui concernent votre projet et de vous mettre dans son contexte avant de vous lancer.

Nous allons aborder les différentes questions qu’il faut se poser lors de votre étude de marché et les pièges qu’il faudra éviter :

  • Connaître son marché cible :

Il est important d’étudier son marché, c’est-à-dire étudier son marché cible selon le service ou produit proposé.
Tentez d’imaginer les différents scénarios possibles : l’évolution du marché, les ventes prévues, les prix qui seront pratiqués et le chiffre d’affaires envisagé, afin de viser au plus juste la rentabilité.

  • Connaître ses concurrents :

Surtout, pensez à pratiquer au quotidien une veille concurrentielle : c’est ainsi que vous pourrez connaître la stratégie de vos concurrents dans leurs pratiques commerciales.

Essayez de trouver le maximum de renseignements sur leurs prix, leur part de marché ainsi que leur stratégie marketing (en particulier, comment font ils pour se faire connaître auprès des clients).

Ainsi, vous pourrez rectifier votre offre et vous aligner sur une stratégie qui a déjà fait ses preuves auprès des clients, innover et apporter une nouvelle offre qui saura satisfaire vos clients et apporter de nouveaux marchés.

  • Connaître son environnement :

La performance d’une entreprise vient aussi de la compréhension de son environnement et de sa capacité à s’y adapter.

L’environnement, c’est tous les acteurs externes à l’entreprise et susceptibles d’affecter la façon dont elle développe ses échanges avec son marché.

L’environnement du marché se compose des obligations légales, des fournisseurs, des concurrents, des clients et du système administratif et bancaire (micro-environnement) qui influencent directement votre projet.

Il est important de connaître les obligations légales afférentes à votre projet pour déterminer la faisabilité de votre projet.

Vous serez également avantagé par de bonnes connaissances sur l’organisation du marché et la position de l’entreprise dans son environnement économique.

Par ailleurs, il faudra délimiter sa zone de chalandise (c’est-à-dire la zone géographique d’influence, d’où provient la majorité de la clientèle).

Il faudra étudier les profils des clients, leurs attentes et les freins du marché.

Une étude de marché approfondie, et la connaissance concrète de l’environnement direct sont des étapes fondamentales avant de vous lancer dans votre projet.

Cette étude vous permettra d’éviter de tomber dans certains pièges et de débuter un projet stable et d’avenir.

Plusieurs études, réalisées par OSEO et FUSACQ, soulignent que le manque de maîtrise de l’environnement économique de la TPE, par le créateur du projet, diminue sensiblement ses chances de succès.

3. Proposez et maintenez un service de qualité

Chaque entreprise proposant un produit ou service de qualité se verra reconnue par ses clients, et le « bouche à oreille » aura un effet très positif sur la réussite de votre projet.

Cependant, il suffit d’une baisse de qualité de votre service et il y aura un retentissement immédiat auprès de vos clients ; on connaît très bien l’adage qui dit “ qu’un client satisfait en parle à 2 personnes ; un client insatisfait en parle à 10 personnes ”.

Même les entreprises prospères peuvent perdre des clients et des profits en réduisant la qualité au bénéfice de la quantité.

Les clients habitués à un certain niveau de qualité, s’habituent à ce niveau. Ils s’attendent à avoir, de manière constante, un niveau élevé de satisfaction, et souhaiteront trouver mieux.

Sans innovation (produit – services), 30% de vos clients « satisfaits » vous quitteront chaque année.

9 clés réussir petite entreprise auto entrepreneur

Réussir une très petite entreprise – Proposez et maintenez un service de qualité

4. Soyez à l’écoute de vos clients

Être à l’écoute de ses clients et du marché, c’est ce qui permet d’être innovant et vous permet de fidéliser votre clientèle. Il ne faut pas garder pour acquis ses clients et se dire que l’on a trouvé le bon service ou produit et ne plus innover.

Les clients sont les acteurs qui pourront vous orienter vers leurs attentes et c’est en étant au plus proche de votre marché, que vous pourrez proposer la meilleure offre de service qui sera la solution la plus plébiscitée par le marché.

98% des clients insatisfaits qui vous quittent ne font jamais part de leur insatisfaction. Donc tâchez de faire une étude de satisfaction client ou demandez leur avis suite à un achat (un petit questionnaire client sur papier pourra faire l’affaire).

5. Définissez les objectifs stratégiques de votre entreprise

Les objectifs sont la base de la démarche commerciale, ils permettent d’anticiper, de prendre des décisions, de gérer au mieux l’activité.

La stratégie commerciale d’une entreprise est fondée avant tout sur des objectifs précis, réalisables et délimités dans le temps. Ceux-ci doivent être fixés en fonction des priorités. Ils doivent tenir compte de l’environnement, être anticipés et planifiés sur du long, moyen et court termes.

La crise actuelle a fait passer les objectifs, pour certaines petites entreprises, à une planification au mois, voire à la semaine. Mais il est important de rester sur une planification stratégique annuelle, de faire ressortir les pics d’activités et de prévoir ses stocks en fonction.

Mais quels types d’objectifs peuvent être fixés ?

Pour les déterminer, une première phase consiste à dresser une cartographie de votre situation : quels sont mes points forts ? Quels sont mes points faibles ? Comment puis-je remédier à ceux-ci ?

Ainsi, vous pourrez :

– Identifier vos axes de progrès
– Faire un plan d’action avec des objectifs, clairs et réalisables
– Prévoir un planning prédéfini afin d’agir pour y remédier

Par exemple : Suite à votre analyse, vous pouvez constater que la satisfaction client est un axe prioritaire de progrès qui apportera des gains pour votre entreprise. Il faudra donc fixer des objectifs clairs afin d’y remédier.

Ou alors, il peut s’agir de gagner 5% de parts de marché à telle échéance, de conquérir un nouveau marché, ou encore de réaliser un chiffre d’affaire donné à une date précise.

6. Planifiez et contrôlez vos stocks

Il n’est guère possible de bien diriger une activité sans se fixer une ligne directrice, c’est à dire une stratégie. Il est temps de ne plus subir votre activité mais de la planifier et de la gérer de façon optimale. La gestion de votre stock fait partie de cette stratégie.

Une mauvaise gestion de vos stocks entraînerait des retards de livraison et donc vous pénaliserait.

Des commandes de vos clients non respectées et non livrées en temps et en heure mettraient en péril votre réputation et votre activité.

Il est important d’acheter un logiciel de gestion des stocks pour ceux qui peuvent investir, ou de créer sur un fichier Excel un tableau récapitulatif de vos stocks, avec chaque entrée et sortie, et établir un stock d’alerte (niveau minimum de stocks devant déclencher une commande pour réapprovisionnement).

7. Faîtes connaître votre activité

L’emplacement stratégique de votre entreprise est une des clefs de votre réussite. Le fait d’être visible et facilement accessible par vos clients est un véritable atout.

Une autre façon de se faire voir, mais d’une façon plus moderne, est la visibilité sur la toile. Communiquer à moindre coût et se faire connaître passe aussi par la présence sur internet.

Les annonces et pages Facebook sont un excellent moyen d’atteindre plus de personnes en ligne.

Les réseaux sociaux sont, selon certaines études, le deuxième levier publicitaire le plus influent chez les jeunes. 18% d’entre eux ont déjà fait un achat en voyant le produit sur les réseaux sociaux (étude menée par CCM Benchmark Institut).

Les sites et ventes en ligne sont également une bonne solution afin d’atteindre le maximum de clients potentiels.

Internet est réellement un complément dans le processus d’achat du consommateur. Ainsi, mettre en place une stratégie multicanale peut faciliter ce processus et même augmenter vos ventes.

Selon CCM Benchmark Institut, 67% des internautes se renseignent souvent sur Internet avant d’acheter en magasin. Cette méthode d’achat touche particulièrement les jeunes, puisque 74% des 18-35 ans font cette démarche.

L’e-mailing est également une très bonne technique afin de se différencier des concurrents et atteindre vos cibles plus facilement et à moindre frais.

Les internautes estiment que l’e-mail est le levier publicitaire le plus efficace : 33% d’entre eux déclarent qu’ils ont acheté un produit après l’avoir vu dans un email envoyé par la marque.

Adaptez-vous au public que vous ciblez : chez les moins de 55 ans, une attention particulière sera portée en soirée et en semaine.

Portez aux seniors une attention accrue en matinée, quel que soit le jour de la semaine.

Les 9 commandements pour réussir sa petite entreprise - infographie

Réussir une très petite entreprise – Faîtes connaître votre activité

8. Recentrez-vous sur votre cœur de métier

Les petites entreprises, qui ont le mieux réussi, sont celles qui se sont concentrées sur une activité et ne se sont pas éparpillées sur différentes activités qui n’apportent aucune valeur ajoutée. Il vaut mieux proposer un seul service de qualité que plusieurs défaillants.

Il faudra alors développer l’activité « cœur de métier » ou « core business » en misant sur vos compétences clefs et vous différencier de vos concurrents.

9. Surveillez votre trésorerie

Il est bien connu que toute entreprise doit posséder les ressources suffisantes afin de faire face à ses engagements financiers. Sans cela, elle serait déclarée en cessation de paiement ou voir même en liquidation.

La trésorerie d’une entreprise est définie comme étant l’ensemble des liquidités disponibles en caisse ou en banque. La trésorerie de votre société se doit d’être gérée de façon quotidienne et relève d’une véritable stratégie.

Voici différentes manières de contrôler au mieux votre trésorerie

9.1. Définir des objectifs de flux de trésorerie

Une façon de contrôler le flux de trésorerie consiste à préparer et à maintenir une prévision de flux de trésorerie. Il faut faire une mise à jour chaque semaine, afin de fournir des perspectives précises pour les six à douze prochains mois.

9.2. Mettre en place des conditions et délais de paiement clairs à vos clients

L’établissement de délais de paiement clairs dès le début est important. Si vous ne connaissez pas vos délais de paiement, il est difficile de savoir quand et comment vous allez payer vos fournisseurs.
Si vous ne savez pas quand un paiement est en retard, comment allez-vous gérer vos flux de trésorerie ? Il faut adopter un juste milieu de durée de crédit, afin de conserver un bon équilibre financier.

9.3. Agir sur la facturation

Certains facteurs qui influent sur le flux de trésorerie sont propres à l’entreprise, la facturation en fait partie.
Il faut facturer vos clients dès que le travail est terminé. Si vous attendez deux semaines après la fin du travail, il devrait être assez évident qu’il faudra encore deux semaines avant que l’argent n’arrive effectivement sur votre compte bancaire.

9.4. Rendre les modes de paiements pratiques pour les clients

Les paiements devraient être aussi simples que possible pour votre client. Evitez d’être payé par chèque car cela entraînera des retards avant que l’argent ne soit sur votre compte bancaire. Privilégiez les paiements en ligne si cela vous est possible.

9.5. Ne vous concentrez pas sur le profit, mettez l’accent sur la gestion de trésorerie

Une raison des échecs des petites entreprises est qu’elles n’ont pas de plan de gestion de trésorerie, malgré les prévisions de marges bénéficiaires pour les années à venir.

Si vous êtes une jeune entreprise, il vaut mieux traiter avec des clients fiables et à paiement rapide au départ, même si cela signifie de plus petits clients et des marges bénéficiaires plus minces.

9.6. Optimiser le recrutement de vos collaborateurs

N’hésitez pas à miser sur des recrutements de stagiaires en entreprise pendant les périodes de pics d’activité. Les stages sont source de formation des futurs salariés et permettent l’apport d’une aide supplémentaire lors de ces pics d’activité, pour des tarifs qui restent raisonnables et accessibles.

9.7. Retarder le paiement des factures fournisseurs

Vous pouvez négocier le délai de paiement auprès de vos fournisseurs. Pensez par exemple aux effets de commerce, qui sont des moyens de paiement utiles pour optimiser votre trésorerie, avec échéance ultérieure.

9.8. Collaborer avec un expert-comptable

La pérennisation de votre entreprise et une gestion comptable irréprochable et à jour sont indissociables d’une collaboration avec un bon professionnel.
Il vous accompagnera dans la gestion de votre trésorerie et l’élaboration de votre budget. Il sera un conseiller dans votre stratégie face à un contexte économique fluctuant et un environnement légal complexe.

Comme nous l’avons vu précédemment, la réussite de votre projet passe par une planification de vos objectifs fixés à partir de votre stratégie.

Cette stratégie englobe une stratégie commerciale, qui est fixée en fonction d’un business plan établi avant la création de votre activité.
Il ne faut pas oublier qu’une bonne communication et une stratégie marketing bien ficelée ainsi que des stocks bien gérés et une gestion comptable à jour sont les véritables clefs du succès.

Pin It on Pinterest

Shares
Share This