Toutes les entreprises utilisent des outils de mesures pour vérifier les progrès accomplis dans la réalisation de leurs objectifs.

Cela permet de bien comprendre la performance de votre entreprise, de prendre des décisions dans les meilleures conditions et de positionner votre projet sur le chemin du succès.

SmallBusinessAct vous propose d’examiner certains des paramètres les plus importants que les start-up devraient utiliser.

6 indicateurs financiers indispensables au pilotage de votre entreprise

KPI – Indicateurs financiers d’une start-up

1. Gardez l’oeil sur vos ventes

Votre Chiffre d’Affaires est le premier indicateur de performance à suivre. Il s’agit du montant total de vos ventes. Il permet de connaître votre niveau de revenu global.

Le mieux est d’évaluer d’une part votre revenu effectif, et d’autre part votre revenu prévisionnel.

Vous devez établir un prévisionnel le plus clair et précis possible, pour anticiper des variations éventuelles d’une période à l’autre et prévoir vos besoins en amont.

Cela vous permet de prévoir votre niveau de revenu dans les mois à venir, en fonction de vos promesses de ventes ou des modalités contractuelles prévues avec vos clients (acomptes, versements échelonnés).

En comparant les deux tableaux, CA réalisé et CA prévisionnel, vous devez être en mesure de visualiser les écarts éventuels, pour en analyser les raisons et mettre rapidement en place des mesures correctives.

2. Surveillez vos flux de trésorerie

A court et moyen terme, bien maîtriser ses flux de trésorerie, c’est vous assurer de votre solvabilité et de vos liquidités disponibles. Important, car une bonne gestion, c’est d’abord une histoire de visibilité et d’anticipation.

Malgré leurs budgets serrés, les petites entreprises doivent garantir leur solvabilité, c’est-à-dire qu’elles doivent s’assurer d’être capable de payer leurs dettes, en particulier à court terme.

Vous devez être capable de prévoir vos échéances de paiements et le niveau global d’investissement nécessaire au fonctionnement de votre activité courante.

Ces données vous aident à minimiser vos risques de liquidité et particulièrement votre solvabilité à court terme.

Par ailleurs, ces outils de mesure vous donnent une vision claire de votre exploitation courante. Et elles sont un véritable outil de gestion au quotidien pour le dirigeant d’entreprise.

3. Visualisez votre solde engagé

Pour bien mesurer vos flux financiers, si vous le pouvez, le mieux est de prendre en compte toutes vos opérations au jour de leur émission, c’est-à-dire :

– vos opérations d’encaissements et décaissements effectifs,

– vos créances et dettes engagées.

C’est ce qu’on appelle tenir une comptabilité d’engagement.

Dans un monde idéal, l’entrepreneur connaît parfaitement bien son solde engagé à très court terme et sur les prochains mois.

Cette vision d’ensemble, de ses engagements clients & fournisseurs, lui donne une image fidèle de l’activité de son entreprise et lui permet un suivi performant de ses flux financiers.

Prévoir et anticiper les financements nécessaires, les relances à effectuer, les délais à négocier… mieux vaut le faire le plus en amont possible, cela évite les mauvaises surprises et augmente la marge de manoeuvre du dirigeant.

Plus facile à dire qu’à faire ! Mais gardez le sourire!

On trouve, aujourd’hui, de très bonnes solutions en ligne, qui proposent un panel d’outils de pilotage performants pour bien évaluer votre situation financière à tout moment et prendre vos décisions en toute sérénité.

4. Evaluez vos créances et dettes exigibles

Un grand nombre de TPE/PME se laissent déborder par leurs créances impayées. Vous devez toujours avoir un oeil sur vos paiements échus, qu’il s’agisse de créances clients ou d’encours auprès de vos fournisseurs.

Le meilleur schéma est de comparer ces montants avec vos états de comptes bancaires, au quotidien, afin de bien visualiser votre situation et hiérarchiser vos priorités.

Une bonne visibilité sur vos échéances vous permet de réagir rapidement :

  • soit en prenant des mesures immédiates : relancer vos clients, mettre en place des solutions avec votre banquier, négocier un délai avec un fournisseur, demander un échelonnement à un organisme social, vous décider pour une solution de recouvrement…
  • soit en adaptant votre stratégie de gestion de trésorerie à moyen et long terme, par exemple par une diminution de vos niveaux de stocks, une optimisation de votre poste client, un report de vos investissements moins urgents…

 

5. Votre Excédent Brut d’Exploitation (EBE)

Dégager des bénéfices, bien sûr, c’est ce dont rêve tout entrepreneur… À moyen et long terme, vous devez mesurer votre efficacité et faire en sorte d’assurer votre rentabilité.

Pour mesurer le niveau de rentabilité de votre activité opérationnelle, c’est-à-dire de déterminer si votre activité est apte à dégager de la marge ou non, vous devez calculer votre Excédent Brut d’Exploitation.

(N.b. ce calcul ne tient pas compte des investissements, des amortissements ni du niveau de taxes dont l’entreprise devra s’acquitter auprès du fisc).

Pour calculer l’EBE, il faut prendre votre chiffre d’affaires, et y soustraire l’ensemble de vos charges opérationnelles et de vos charges de personnel.

L’EBE est un bon indicateur de performance, qui permet d’analyser l’équilibre financier de votre structure à moyen et long terme.

6. Le Seuil de rentabilité

C’est le point critique pour toutes les jeunes sociétés! Et cela répond à la question que chaque entrepreneur, qui lance son affaire, doit se poser : à quelle date est-ce que ma société atteindra l’équilibre financier?

Autrement dit, à quel moment est-ce que la société atteint un volume de ventes suffisant pour couvrir l’ensemble des charges fixes et variables.

Tant que ce seuil n’est pas atteint, l’entreprise n’est pas sécurisée d’un point de vue financier.

Par ailleurs, cela permet au dirigeant de savoir le niveau de CA en dessous duquel il faut absolument éviter de descendre.

KPI - Indicateurs financiers startup - Seuil de rentabilité

KPI – Indicateurs financiers startup – Seuil de rentabilité

On le calcule comme suit :

Seuil de Rentabilité = Coûts fixes / Taux de marge sur coûts variables

La date à laquelle votre entreprise atteint le Seuil de Rentabilité s’appelle le point mort. Ce calcul vous permet d’évaluer, avec précision, le financement à prévoir avant d’atteindre une certaine autonomie opérationnelle.

Indicateurs financiers : Tableau de bord

Entrepreneurs, pensez-y! Faire un bon suivi de vos flux financiers et de vos indicateurs de performance n’est pas un luxe! Cela peut vous faire gagner un temps appréciable.

KPI - indicateurs financiers startup - Tableau bord

KPI – indicateurs financiers startup – Tableau bord

Pour construire vos tableaux de bord, l’idéal est d’adopter un format pratique, qui récapitule l’ensemble des données à vérifier, en fonction de la périodicité voulue, sous une forme lisible, claire et compréhensible.

Disposer de signaux en cas de situations à risque permet d’anticiper les situations critiques et facilite la prise de décision, car :

  • pouvoir comparer à tout moment, ses flux financiers réels et ses flux prévisionnels, c’est être en mesure de comprendre les disponibilités et les besoins de son entreprise.
  • pouvoir analyser si les éventuelles difficultés de paiement de l’entreprise sont conjoncturelles ou structurelles, c’est être capable de mener les actions qui s’imposent.

Parce qu’il a une visibilité optimale sur son activité, l’entrepreneur qui connaît bien ses flux opérationnels, est apte à prendre des décisions éclairées. Et surtout, il peut passer plus de temps sur les activités qui génèrent du chiffre d’affaires.

Pin It on Pinterest

Shares
Share This