mayence logo

Chez SmallBusinessAct, nous pensons que les expériences sont faites pour être partagées. C’est pour cela que nous avons consacré une rubrique spéciale sur notre blog : « les entrepreneurs à découvrir». Nous y mettons en avant des entrepreneurs et des startups qui innovent et inspirent.

Si vous pensez comme nous que les mots « entreprendre, réussir, innover, audace, relever des défis, passion, visionnaire… » font partie de la même famille, alors continuez votre lecture et découvrez des expériences riches et motivantes.

Aujourd’hui, faites la connaissance de Xavier de Fouquières, fondateur de Mayence.

Xavier de Fouquières, parlez-nous de vous, de votre parcours et de Mayence

Un parcours de communicant, puisqu’après mes études j’ai rejoint le groupe publicitaire FCA puis Havas où l’on m’a proposé de reprendre et redresser des filiales spécialisées un peu laissées à l’abandon.

12 années de direction d’agences instructives avec un formidable patron en la personne de Bernard Brochand.

Je quitte Havas peu de temps après le départ de Bernard et fonde Mayence dans les années 1994. Agence de création pendant 7 ans qui devient progressivement centrale d’achats pour les dépenses hors média des grandes multinationales.

Quelle est la valeur ajoutée de Mayence ?

Il faudrait demander à nos clients qui en parlent mieux !

D’abord notre offre. Nous sommes une agence dédiée au point de vente.

Nous proposons une offre complète mettant en valeur une marque sur son point de vente : vitrines, agencement mobilier, PLV, présentoir, packaging, édition…

Nos clients sont principalement dans les univers du luxe, de la cosmétique, du parfum, du bien être ou de la santé…

Notre approche est transverse et notre organisation en interne se rapprocherait de la méthode Agile : travail en équipe, par projet, sans esprit de silos par services.

Nos ingénieurs assurent la faisabilité des idées créatives, notre service logistique assure le montage, et le recyclage. Nous suivons de nombreuses formations par des consultants passionnants pour proposer des solutions environnementales évidentes aujourd’hui.

Depuis toutes ces années avez-vous des anecdotes à nous raconter ?

Oui mille! Nous avions constitué il y quelques années un bêtisier des plus belles « perles ». Il est tombé en désuétude tant la compétence de nos interlocuteurs en merchandising ou marketing de nos clients est de haut niveau.

Juste une petite, lors de la création de Mayence. Un ami qui avait une société de post prod nous avait prêté un bureau, une table et 3 chaises. Nous étions 4 ! Vous arrivez tôt…

Pour entreprendre et réussir, quel serait le premier facteur de succès ?

Tout le monde y va de son conseil. En fréquentant des clubs d’entrepreneurs, j’ai vite compris que chaque histoire est unique.

Certains commencent avec un premier client, d’autres testent leur idée pendant de long mois… aussi mon seul conseil pour entreprendre et espérer réussir : vous devez savoir au fond de vous-même si vous êtes un entrepreneur. C’est tout simple.

Vous ne savez pas, mais gagner plus d’argent ou ne plus voir la tête de votre chef de service vous tente ? Laissez tomber.

D’après vous, quelle est la plus grande difficulté d’un entrepreneur au quotidien ?

  • Garder le nez sur le guidon et les yeux vers demain.
  • Apprendre à déléguer.
  • Rester calme devant la règlementation française.
  • Regarder, écouter ses collaborateurs.
  • Décider (hé oui) Comme disait Michel Audiard : “un c** qui avance ira toujours plus loin qu’un intelligent assis”.

mayence plv

Le top 3 de vos plus grands challenges ?

Gagner il y a 15 ans un budget 3 fois plus gros que notre CA annuel.

Embaucher aujourd’hui les meilleurs sur une intention, une vision de ma part. Sans preuve. Juste la confiance.

Avoir réussi un changement culturel en 4 ans avec succès et croissance.

Comment conciliez-vous travail et vie privée ?

J’ai une femme qui veille au grain avec douceur mais fermeté…tout en comprenant qu’elle est avec un chef d’entreprise et pas un cadre libre à 18h.

Votre conseil aux futurs entrepreneurs ?

Veiller aux détails.

Soyez têtu mais pas obtus.

Gardez-vous des plages horaires de décompression.

Votre onzième commandement serait ?

Se pardonner à soi-même et aux autres, tous les jours, pour avancer.

 

Dans la même catégorie

Pin It on Pinterest

Share This