Chèque vacances, tout ce que les entreprises doivent savoir

Chèque vacances, tout ce que les entreprises doivent savoir

Vous cherchez à récompenser et motiver vos salariés sans pour autant avoir les moyens de procéder à une augmentation de salaire, pourquoi ne pas leur proposer les chèques vacances ?

Instaurés en 1982, les chèques vacances sont des titres de paiement de 10, 20 ou 50 euros cofinancés par l’entreprise et le salarié et qui peuvent être utilisés dans plus de 170 000 établissements de loisirs.

Exonéré de charges sociales et déductible du bénéfice, le chèque vacances représente un atout aussi bien pour le salarié que pour l’entreprise. SBA vous explique comment les mettre en place.

Qui peut en bénéficier ?

Depuis 2009, toutes les entreprises peuvent proposer des chèques vacances à leurs salariés. Que vous soyez à la tête d’une micro-entreprise, d’une TPE ou d’une entreprise de plus de 50 salariés, vous pouvez proposer le chèque vacances aussi bien à vos employés en CDI qu’à vos salariés en CDD. Dans les entreprises de plus de 50 personnes, c’est en général le CE qui se charge de les distribuer alors que dans les plus petites structures, le gérant peut lui-même mettre en place le système.

Ce bénéfice ne concerne pas uniquement les salariés, en tant que chef d’entreprise, vous pouvez également bénéficier du chèque vacances dans certaines conditions.
Bien que largement encouragé, il n’y a aucune obligation légale pour les entreprises de proposer des chèques vacances. Les salariés n’ont, de leur côté, aucune obligation de les accepter.

Comment fonctionne les chèques vacances ?

Les chèques vacances sont obligatoirement cofinancés par les employeurs et les salariés.
Le pourcentage pris en charge par l’entreprise varie entre 80 et 50% selon le niveau de salaire du bénéficiaire.
Si la rémunération moyenne du salarié est inférieure à 3218  euros par mois, l’entreprise peut prendre en charge jusque 80% de la valeur du chèque vacances. Dans le cas contraire, le financement de l’entreprise est plafonné à 50%.

Ces pourcentages sont majorés de 5 % par enfant à charge et de 10 % par enfant handicapé dans la limite de 15 %.
Le % restant est à payer par le salarié, généralement par prélèvement sur sa rémunération.

Hôtels, restaurants, billets de train…, une fois émis, les chèques vacances sont valables pendant deux ans et peuvent être utilisés auprès de 170 000 acteurs du tourisme en France et dans l’Union Européenne.

Pourquoi faire bénéficier ses salariés des chèques vacances ?

Il existe de nombreux avantages pour les entreprises à proposer le chèque vacances aux salariés.
Le premier d’entre eux est l’exonération de charges sociales dans la limite de 440 euros / salarié par an (en 2016 / hors CGS et CRDS).

Cette exonération est valable dans les entreprises de moins de 50 salariés et dans la mesure où le chèque vacances ne remplace pas un élément de salaire. Par ailleurs, le montant de la contribution des entreprises est déductible du bénéfice imposable.

En tant que manager, les chèques vacances représentent également un outil efficace et facile à mettre en place pour fidéliser et de stimuler les salariés sans que cela ne représente une charge considérable pour les comptes de l’entreprise.

Cette rémunération immatérielle – qui à ce titre doit être comptabilisée dans le compte 641- motive les équipes et leur offre un complément de salaire qui ne sera pas imposé sur le revenu (dans la limite d’un SMIC par an).

Pour en savoir plus sur les chèques vacances, n’hésitez pas à consulter le site de l’ANCV

Pin It on Pinterest

Shares
Share This