10 idées reçues sur les entrepreneurs

10 idées reçues sur les entrepreneurs

Pas toujours bien véhiculé dans les médias, généralement mal expliqué dans nos écoles, peu compris des fonctionnaires et relativement flou pour les autres… En France, le statut d’entrepreneur est communément marqué par une profonde ambivalence. Éclairage sur 10 idées reçues.

1. « Les entrepreneurs prennent énormément de risques »

Les entrepreneurs prennent énormément de risques
En moyenne, un entrepreneur est certainement plus prêt à prendre des risques qu’un salarié d’une grande entreprise ou un fonctionnaire.

Mais la majorité des entrepreneurs n’ont même jamais contracté de dette à titre personnel pour leur activité professionnelle!

L’essentiel pour le chef d’entreprise est d’étudier la prise de risques en amont et de diminuer au maximum d’éventuelles complications. Le travail d’anticipation est donc capital.

2. « Les entrepreneurs ont des horaires flexibles et peuvent partir en vacances quand ils veulent »

On pourrait penser que la dématérialisation permet aux entrepreneurs de travailler de la maison, ou de partir en vacances quand bon leur semble.

La réalité est assez différente : si vous montez votre projet, préparez-vous à travailler tard le soir et à y passez une partie de vos week-ends ! Vous pourrez parfois aménager vos horaires, mais vous devrez peut-être mettre votre vie personnelle en standby pendant quelques mois, voir les premières années…

Abandonnez simplement l’idée de partir en congé l’esprit libre,sans téléphone ni ordinateur… Mais rassurez-vous, cette période n’a qu’un temps ! Le temps de travail moyen d’un entrepreneur français est de 56,5h/semaine .

Plus que la moyenne des actifs, mais sachez que cette moyenne tend à diminuer après quelques années d’activité.

3. « Impossible de lancer son entreprise sans apport personnel important »

A-t-on vraiment besoin d’être super riche pour lancer son activité ?

La réponse est non !

44% des entrepreneurs démarrent avec moins de 8000 €. Tout dépend de la nature de l’activité : le développement d’un projet industriel nécessite un investissement de départ conséquent, tandis que le conseil ou le développement de stratégies marketing est accessible avec quelques milliers d’euros.

Les frais liés à la création de l’entreprise (étude de marché, Business Plan, honoraires d’avocat ou encore frais de publication) restent raisonnables pour un petit budget.

4. « Les entrepreneurs doivent tout faire eux-mêmes »

On peut penser que les entrepreneurs font tout eux-mêmes. D’une part, ayant porté le projet, puis ayant participé à chaque étape, l’entrepreneur peut éprouver des difficultés à déléguer. D’autre part, cela peut aussi s’expliquer par le manque de moyens.

Mais tout faire soi-même s’avère vite une mission impossible en cas d’augmentation des commandes clients, et peut conduire rapidement au burn-out !

C’est pourquoi les entrepreneurs qui voient loin essaient de s’entourer de compétences, que ce soit par des recrutements de collaborateurs, s’ils en ont les moyens, ou bien en externalisant certaines activités trop chronophages et pas assez créatrices de valeur, du type comptabilité, paie, communication, logistique ou service client…

De nombreuses entreprises aujourd’hui sont spécialisées dans le service aux TPE/PME. Des services mutualisés qui permettent de proposer des packages avantageux pour l’entreprise, avec des niveaux de prix raisonnables.

Par exemple, chez SmallBusinessAct, nous proposons aux entrepreneurs de gérer toute leur comptabilité règlementaire et déclarative, et nous fournissons un accès en temps réel à leur trésorerie, comptes fournisseurs et relances clients via une appli mobile simple, avec en prime un accompagnement à la gestion. Un vrai gain de temps pour l’entrepreneur !

5. « Tout est une question de réseau »

Tout est une question de réseau
S’il est toujours intéressant de connaître les bonnes personnes, d’étendre ses connexions et de travailler son réseau, cela peut totalement se faire au fur et à mesure !

Il n’est pas obligatoire d’avoir un réseau très étendu comme prérequis pour démarrer sa société. Lorsque vous rencontrez des personnes clés, soyez simplement prêts à communiquer convenablement sur votre activité.

6. « Les entrepreneurs n’ont pas de compte à rendre ! »

En réalité, les chefs d’entreprise sont avant tout au service de leurs clients, et cette expérience peut amener quelques désillusions : on lance son projet en pensant ne pas avoir de patron ; et on se retrouve avec autant de patrons que de clients !

La relation clientèle étant essentielle au développement de l’entreprise, l’expérience s’avère bien souvent formatrice et enseigne humilité et modestie !

7. « Les chefs d’entreprise sont super riches ! »

Les chefs d’entreprise sont super riches
Si votre but est de devenir très riche, très rapidement, attention, vous risquez d’être déçu… Si un grand nombre d’entrepreneurs parviennent à être financièrement indépendants, voire très à l’aise, ce n’est pas toujours le cas.

Surtout au cours des premières années de lancement du projet… Développer sa clientèle prend du temps et demande beaucoup de patience, et les retombées financières ne sont pas toujours au rendez-vous!

Heureusement pour la plupart des entrepreneurs, la véritable motivation se situe plutôt au niveau de l’aspect création et développement de leur activité…

8. « Il faut avoir la vocation »

Nul besoin d’avoir la fibre entrepreneuriale depuis le berceau ni d’être issu d’une famille d’entrepreneurs ! Cela peut aider… mais ne signifie pas que vous avez compris les besoins de vos clients, ou que vous leur inspirez confiance.

Dans ce domaine, c’est plutôt l’expérience qui parle, car en moyenne 52% des entrepreneurs qui ont réussi sont les premiers de leur famille à se lancer dans l’aventure. Si vous savez faire preuve de persévérance, et que aimez ce que vous faites, vous avez en main les principaux atouts pour réussir !

9. « Il faut absolument trouver une idée de génie pour se différencier »

Il faut absolument trouver une idée de génie pour se différencier

Il faut absolument trouver une idée de génie pour se différencier

Une idée géniale, qui vous différencierait du reste de la concurrence.

Certes, il est toujours mieux d’avoir des idées que pas d’idées, mais à bien y regarder de plus près, le nombre d’entreprise qui commercialisent un produit ou un concept 100% innovant reste faible.

Le véritable enjeu est de bien coller à la demande du marché. La plupart des marchés ne sont pas saturés, et il y a de la place pour une offre pas forcément nouvelle, mais différente, mieux exécutée ou mieux adaptée.

Le monde est plein de gens aux idées géniales, mais la journée de l’entrepreneur est en moyenne constituée de 10 % d’idées, et 90% d’opérationnel. Des idées sans un plan d’action effectif, aptes à satisfaire la demande client, restent des vœux pieux.

D’autre part, votre idée peut être absolument brillante, elle demandera avant tout un grand effort pour passer de la phase de concept à la phase de développement commercial. L’idée géniale ne vous dispensera pas d’un effort considérable. Alors n’attendez pas forcément une idée de génie, mais essayez de bien comprendre les attentes du marché et de satisfaire la demande de vos clients.

10. « Il faut posséder certains traits de caractère »

Faux et archi-faux. On peut très bien réussir en étant un geek introverti ! Le leadership s’exprime de mille et une manières différentes, il n’y a pas de règle dans ce domaine.

A l’heure des nouveaux moyens de communication, on n’est pas obligé d’avoir un quotient émotionnel hors du commun pour connaître le succès. Atteindre un haut niveau de leadership n’est nullement liés à un trait de caractère particulier, ce dernier peut tout à fait être différent d’une personne à une autre.

La clé de la réussite professionnelle est étroitement liée aux performances techniques, à la motivation et à la persévérance.

Pin It on Pinterest

Shares
Share This